À propos de cet événement

« Les catégories de l'histoire littéraire, artistique et culturelle des XVe- XVIIIe siècles en Europe - I »

6 février 2012 (Lille) - 10 mai 2012 (Louvain-la-Neuve)
Séminaire doctoral, parcours « Études européennes »
Lille - UCL (10 mai 2012)

Organisateurs

Ralph Dekoninck (UCL), Agnès Guiderdoni (UCL), Elsa Kammerer (Lille 3), et Charles-Olivier Stiker-Metral (Lille 3)

Laboratoires associés

Université catholique de Louvain (GEMCA)
& Université Charles de Gaulle Lille 3 (ALITHILA et CECILLE).


Problématique

De quels outils disposons-nous pour penser et organiser les productions culturelles, littéraires et artistiques du passé ? Que désignons-nous exactement lorsque nous parlons de « renaissance », d’« humanisme », de « baroque », de « classique », d’« époque moderne » ? Nous nous proposons de réfléchir à l’élaboration et l’usage de catégories qui servent à la fois à périodiser et à organiser les œuvres : du découpage chronologique en âge, période, siècle ou génération, on passe fréquemment à l’idée d’esthétique (le mouvement, l’école, voire la doctrine). Pourtant, loin de relever de la logique de la production, la plupart des catégories utilisées pour l’époque moderne (et il s’agit là encore d’une catégorie) relèvent d’une logique de la réception. Si elles permettent le plus souvent d’unifier la production d’un même moment historique et de penser la succession des œuvres en établissant une relation entre les périodes artistiques et le contexte historique, elles sont fréquemment associées à une détermination de la valeur des œuvres. Il s’agira donc d’interroger les présupposés et le rôle des discours critiques. Où, quand et comment ces catégories critiques naissent-elles ? Y a-t-il entre elles complémentarité ou concurrence, dans le système qu’elles sont fréquemment appelées à former ? Au-delà de leur identification comme artefacts, quelle est la valeur heuristique de ces catégories ? comment mesurer la fécondité de leurs effets dans les différents pays européens ? Que dire de leur éventuelle application transhistorique et parfois même de leur transformation en concepts ?

Il sera particulièrement fructueux de confronter entre eux les usages nationaux de ces catégories, mais également leur usage dans les différentes disciplines (littérature, histoire, histoire de l’art, musicologie, philosophie). Il semble en effet que dans chacun de ces cas, elles ne disposent ni des mêmes frontières, ni des mêmes définitions. La réunion de chercheurs venant d’horizons disciplinaires et linguistiques différents sera l’occasion de revenir sur ces catégories que nous rencontrons, que nous élaborons ou que nous contestons.

Sans prétendre être exhaustifs, notre séminaire, porté par un quatuor transfrontalier (UCL, GEMCA / Lille 3, ALITHILA) propose de réfléchir au premier chef sur les catégories suivantes : Renaissance/Humanisme, Réforme/Réformation/Contre-Réforme, Baroque/Néobaroque, Classicisme/Siglo d’Oro/Gouden Eeuw/Klassizismus, Époque moderne/Early Modern/Frühe Neuzeit. Le séminaire repose sur l’intervention de chercheurs confirmés spécialistes des XVe-XVIIIe siècles et sur la participation active des doctorants.

Bibliographie
  • Le Baroque en question(s), Littératures classiques 36, printemps 1999.
  • Baroque/s et maniérisme/s littéraires : tonner contre ?, Études épistémè 9, 2006.
  • Burckhardt (Jacob), Die Kultur der Renaissance in Italien, ein Versuch, 1860.
  • Le classicisme des modernes. Représentations de l’âge classique au XXe siècle, RHLF 2, 2007.
  • Compagnon (Antoine), La Troisième République des lettres, Paris, Seuil, 1983.
  • Cronck (Nicholas) et Viala (Alain), La Réception de Racine à l'âge classique : de la scène au monument, SVEC, 2005.
  • Cummings (Brian) et Simpson (James), Cultural reformations : Medieval and Renaissance in literary history, Oxford, Oxford university press, 2010.
  • Febvre (Lucien), Michelet et la Renaissance, 1942-1943, Paris, Flammarion, 1992.
  • Ferguson (Wallace), La Renaissance dans la pensée historique, 1950, rééd. Payot, 2009.
  • Gehrke (Hildegunde), Die Begriffe "Mittelalter", "Humanismus" und "Renaissance" in den Interpretationen des "Ackermann aus Böhmen", Göppingen, Kümmerle, 2004.
  • L’Histoire littéraire. Théorie, méthode, pratiques, Québec, Presses de l’Université Laval, 1989.
  • Huizinga (Johan), Herfsttij der middeleeuwen, studie over levens-en gedachten-vormen der XIVde en XVde eeuw in Frankrijk en de Nederlanden, Haarlem, H. D. Tjeenk Willink en zoon, 1919.
  • Jouhaud (Christian), Sauver le grand siècle ? Présence et transmission du passé, Paris, Seuil, 2007.
  • Kristeller (Paul Oskar), The Classics and Renaissance thought, Cambridge, Mass., Harvard University press, 1955.
  • Levillain (Henriette), Qu’est-ce que le baroque ?, Paris, Klincksieck, 2003.
  • Michelet (Edmond), Histoire de France au XVIe siècle, 1833.
  • Moisan (Clément), La Périodisation de l’âge classique, Littératures classiques 34, 1998.
  • Moser (Walter), sous la dir. de, Résurgences baroques : les trajectoires d'un processus transculturel, Bruxelles, La lettre volée, 2001.
  • Müller (Jan-Dirk), « Literaturgeschichte/Literaturgeschichtsschreibung », dans Dietrich Harth et Peter Gebhardt (éd.), Erkenntnis der Literatur. Theorien, Konzepte, Methoden der Literaturwissenschaft, Stuttgart 1983, p.195-227, rééd. 1989.
  • idem, « Zum Verhältnis von Reformation und Renaissance in der deutschen Literatur des 16. Jahrhunderts », dans August Buck (éd.), Renaissance-Reformation. Gegensätze und Gemeinsamkeiten, Wiesbaden 1984, p.227-253.
  • ibidem, « Reformation », dans Reallexikon der Deutschen Literaturwissenschaft, Bd.III, Berlin 2003, p.241-246.
  • La Périodisation en histoire littéraire. Siècles, générations, groupes, écoles, RHLF 5, 2002.
  • Perret (Maxime), Baroque et Classicisme : catégories utiles, catégories futiles ? Le cas de la littérature française, dans Cahiers du GEMCA, 2010.
  • Qu’est-ce qu’un classique ?, Littératures classiques 19, 1993.
  • Rousset (Jean), Dernier regard sur le baroque, Corti, 1998.
  • Stenzel (Hartmut), « Le ‘classicisme’ français et les autres pays européens », dans l’Histoire de la France littéraire, Paris, PUF, 2006, t. 2, p. 39-78.
  • Vaillant (Alain), L’Histoire littéraire, Paris, Colin, 2010.
  • Vanhaesebrouck (Karel), Le mythe de l’authenticité : lectures, interprétations, dramaturgies de Britannicus de Jean Racine en France (1669-2004), Amsterdam, Rodopi, 2009.

Informations pratiques
De 9h45 à 17h00
Université Charles de Gaulle - Lille 3
Domaine universitaire du Pont de Bois
59 491 Villeneuve-d'Ascq

Itinéraire pour accéder au site
Plan du campus (pdf - 564 ko)

Télécharger le programme complet (jpg - 330 ko)

Contact

Retour aux activités

Design by www.matthieumiller.be All rights reserved - Webmaster :  alessandro.metlica@uclouvain.be