À propos de cet événement


Alessandro Metlica (Padoue): « Iconologie de la couronne de France chez Giovan Battista Marino »

7 mai 2012
UCL


L’abjuration d’Henry IV à Saint-Denis (15 juillet 1593) entraîne une évolution remarquable des panégyriques adressés à la couronne de France. Tout en gardant le répertoire symbolique développé pendant les guerres de religion, la propagande royale en modifie la signification d’une façon radicale. Des images telles que l’Hercule gaulois, l’Hydre de l’hérésie ou Jupiter qui foudroie les Géants, dont le parti catholique avait fait souvent un usage polémique, sont refaçonnées à l’image de la nouvelle idéologie soutenue par la cour : les pratiques élogieuses, en poésie comme en peinture, suivent la représentation irénique établie par la Renovatio bourbonienne.

Depuis la mort violente du roi (1610), de graves troubles éclatent dans le royaume, profitant de la faiblesse de la régence. Lhéritage iconographique de l’Hercule bourbonien fut alors récupéré et servit de lieu d'affrontements entre la reine veuve, Marie de Médicis, et son fils Louis XIII. C'est dans ce contexte de périlleuses tensions politiques que Giovan Battista Marino (1569-1625), qui s’était établi en France en 1615, écrivit son chef d’œuvre: la démesurée épopée baroque l’Adone. Les vers élogieux du poème durent se garder en précaire équilibre entre les deux factions, en harmonisant notamment les morceaux composés le long des années 1610 et les sections plus récentes ; ce qui n’était pas sans danger, puisque la publication du livre était financée par la couronne.

Toutefois, on tire de cet ouvrage l’impression d’un jeu aussi subtil que désengagé, où les louanges mythologiques ne soutiennent plus une ligne politique, mais se bornent à exalter globalement la couronne grâce au pouvoir du mot poétique. Ce qui frappe le plus, ce sont les affinités, que l’emploi de cette iconographie révèle, entre Marin et d’autres artistes de son époque, notamment Pieter Paul Rubens, qui, dans son cycle illustrant la vie de Marie de Médicis, puise au même répertoire figuratif. L’Adone fut en outre publiée en 1623 alors que Rubens travaillait à la décoration de la galerie du Luxembourg entre 1621 et 1625.



De 14h00 à 16h00 - C211
Place Blaise Pascal, 1
1348 Louvain-la-Neuve



Contact

Retour - Back



Design by www.matthieumiller.be All rights reserved - Webmaster :  alessandro.metlica@uclouvain.be