À propos de cet événement


« Culture et/ou civilisation: une question de sources, d’identités et de valeurs »

31 mai - 1er juin 2012
Colloque INCAL/UCL
Louvain-La-Neuve


« Si l’on veut bien admettre que toute science est irrévocablement vouée à la clarification et l’organisation des concepts qu’elle utilise, on conviendra que les mots “civilisation” et “culture” n’ont pas cessé d’exercer leurs charmes, donc leurs ravages, sur le social scientist, qu’il l’avoue ou non. Pourtant peu de mots sont plus révélateurs de l’histoire de la connaissance de ces deux derniers siècles et les concepts qu’ils recouvrent sont devenus des notions-clés de notre temps. » (E. de Dampierre)

    Les différents centres et groupes de recherches composant l’Institut des civilisations, arts et lettres (INCAL) ont en partage l’étude des civilisations et des cultures, tous espaces et périodes confondus. Il apparaît toutefois que des usages et des applications assez différents, voire divergents, se font de ces deux derniers concepts. Habituellement compris comme fort proches, sinon synonymes, ils ont pu apparaître dès le XVIIIe siècle comme concurrents (voir le débat entre Voltaire et Rousseau), chacun reposant sur un système de valeurs plus ou moins implicite. L’un et l’autre balancent en effet entre une définition normative et une définition descriptive : la culture comme la civilisation peuvent être comprises comme le degré d’accomplissement le plus élevé d’une société (supposant ainsi l’idée de progrès), de même qu’elles peuvent caractériser, de façon plus neutre, les traits distinctifs de cette même société sans aucune volonté de la situer dans une quelconque hiérarchie ou visée évolutive. Conçues comme processus (idéal humaniste de la Bildung) ou comme état (idéal anthropologique du relativisme culturel), toutes les deux composent l’objet même des sciences de la culture ou des cultures, sciences qui n’ont cessé de se penser dans leur rapport aux sciences de la nature.

    Dans un Institut où l’étude de l’histoire des beaux arts et des belles lettres, relevant de ce qu’il est convenu d’appeler la Culture, côtoie l’étude de l’histoire des civilisations et des cultures, une mise en perspective critique de ces deux termes s’impose. Afin de décliner cette vaste problématique en plusieurs pistes de recherche susceptibles d’engager une réflexion transdisciplinaire et transpériodique, trois axes sont proposés :     
  1. Entre texte et objet : une question de sources
  2. Entre collectif et singulier : une question d’identités
  3. Entre document et monument : une question de valeurs
    Ces axes feront chacun l’objet d’une réflexion menée en équipes trans-disciplinaires, l’objectif du colloque étant de contribuer à forger l’identité d’INCAL en encourageant les synergies entre chercheurs travaillant dans différents centres. C’est la raison pour laquelle, un module inter-centre sera constitué pour chaque axe (voir présentation ci-dessous). Ces modules travailleront de concert en vue de l’élaboration de trois des quatre sessions du colloque, l’organisation de la quatrième session étant prise en charge par les membres du CORSCI.



Télécharger le programme complet


Contact

Retour aux activités

Design by www.matthieumiller.be All rights reserved - Webmaster :  alessandro.metlica@uclouvain.be