À propos de cet événement


« Discours et représentations de la conversion (XVIe – XVIIe siècles) : histoires, textes et images »
18 octobre 2012

Journée du GEMCA
UCL

« On peut dire que l’idée de conversion représente une des notions constitutives de la conscience occidentale : en effet, on peut se représenter toute l’histoire de l’Occident comme un effort sans cesse renouvelé pour perfectionner les techniques de « conversion », c’est-à-dire les techniques destinées à transformer la réalité humaine, soit en la ramenant à son essence originelle (conversion-retour), soit en la modifiant radicalement (conversion-mutation). » (Pierre Hadot, Exercices spirituels et philosophie antique, p. 224)


Cette citation de Pierre Hadot met assez en évidence l’intérêt de consacrer une journée d’étude à la conversion, entendue à la fois comme démarche individuelle, d’ordre religieux et intellectuel, comme pratique sociale et politique mais aussi dans sa dynamique productrice de certains types de représentations et informant certains types de discours.

La journée du GEMCA 2012 sera ainsi consacrée à une réflexion sur la conversion comme notion et comme phénomène au début de la période moderne. Période de violents affrontements inter-confessionnels, de quête de renouvellement spirituel ainsi que de conquêtes de territoires et d’hommes jusqu’alors inconnus, les XVI
e et XVIIe siècles sont  marqués par une intense activité de conversion et de mission. Dans le domaine historique, les études récentes se sont efforcé de dépasser le modèle d’analyse ancien centre/périphérie, pour reconfigurer le champ de recherche en un modèle plus ouvert, qui se focalise sur les espaces d’interaction, et sur le système dynamique des pratiques et des normes. Ainsi on a mis en évidence comment la conversion de l’autre, des autres, ailleurs (Asie, Amériques), dans ses pratiques, a opéré en retour une « conversion » anthropologique en Europe, y compris dans des lieux ou des contextes étrangers à l’histoire missionnaire proprement dite. Se trouve ainsi pleinement actualisée la racine latine vertere, tourner, retourner, orienter, diriger, dont rend compte de manière magistrale l’entrée « Conversion » du Dictionnaire de l’Académie de 1694, qui rassemble en une seule notice tous les mots et les dérivés issus de vertere, replaçant ainsi la conversion dans le champ plus large du discours qui « fait tourner », qui transforme et produit des effets – en d’autres termes, de la rhétorique.  

C’est ce mouvement d’échange, de réciprocité dans les effets, qui est un autre nom du rapport de forces, que nous voudrions étudier, non seulement sur le terrain des missions, mais aussi et plus largement dans les représentations de toute nature mettant en place des dispositifs de conversion – collective ou individuelle, religieuse ou philosophique, intellectuelle ou affective.





Salle Ladrière - a124 (Collège Mercier)
Faculté de Philosophie, Arts et Lettres
Place du Cardinal Mercier, 14
1348 Louvain-la-Neuve



Télécharger l'argument

Télécharger l'affiche

Contact

Retour aux activités


Design by www.matthieumiller.be All rights reserved - Webmaster :  alessandro.metlica@uclouvain.be