À propos de cet événement

« Les catégories de l'histoire littéraire, artistique et culturelle des XVe-XVIIIe siècles en Europe – 4 »

30 avril 2013
Université catholique de Louvain



Présentation du séminaire
    Dans la suite du séminaire inauguré en 2011-2012, consacré aux catégories de l’histoire littéraire, artistique et culturelle au début de la période moderne, ces deux journées ont pour objectifs non seulement de poursuivre la réflexion mais de l’enrichir en adoptant un autre point de vue méthodologique.

    Le travail réalisé en 2011-2012 a mis en évidence les différentes traditions historiographiques au sein desquelles les catégories telles que Renaissance / Humanisme, Réforme / Réformation / Contre-Réforme, Baroque / Néobaroque, Classicisme / Siglo de Oro / Gouden Eeuw / Klassizismus ontété élaborées. En outre, il s’avère qu’une double dimension historiographique mérite d’être étudiée, que l’on peut qualifier d’ « endogène » et d’« exogène », établissant une distinction entre les catégories forgées dans un discours a posteriori et celles que les auteurs, les artistes, les théoriciens, les critiques, les érudits, etc. de la première modernité utilisaient pour qualifier les productions littéraires et artistiques de leur temps. Les catégories dites endogènes ont été diversement traitées par la postérité, retenues ou oubliées, déplacées, changeant de sens, etc. tandis que d’autres, exogènes, émergeaient, les remplaçaient ou s’y superposaient. On pense par exemple, pour le XVIe siècle, à des catégories souvent ambiguës comme l’évangélisme, le naturalisme ou le maniérisme ; pour le XVIIe siècle, au burlesque, à la préciosité ou encore à la galanterie, à côté de la division baroque / classicisme ; on pense également, pour l’ensemble de la période, à la catégorie problématique du « libertinage ». On s’interrogera donc comparativement sur le traitement réservé à ces catégories dans des traditions historiographiques de différents pays européens, en tentant de dégager la dynamique à l’œuvre dans leur mise en concurrence ou leur superposition dans les discours critiques. On se concentrera enfin sur le cas particulier des catégories mises en place par Michel Foucault pour penser l’époque moderne en adoptant les points de vue de la philosophie, de l’histoire, de la littérature, de la sociologie et de l’épistémologie, en réfléchissant sur l’usage qui en a été fait depuis une cinquantaine d’années ; on tâchera finalement de comprendre le paradoxe de catégories auxquelles renvoient les modernistes sans nécessairement en exploiter toutes les possibilités — comme si l’on se demandait ce que l’on pouvait faire de Foucault et non ce que l’on pouvait faire avec Foucault.

Organisateurs
Ralph Dekoninck et Agnès Guiderdoni (UCL)
Elsa Kammerer et Charles-Olivier Stiker-Metral (Lille 3)

Programme du 30 avril 2013

Matinée, de 9h30 à 13h00

Michel Jourde (ENS-LSH Lyon), « “Renaissance” des Lettres et “entrecommunication” universelle : un problème historiographique et terminologique au XVIe siècle et aujourd'hui »

Alessandro Metlica
(Padoue), « Le baroque littéraire en Italie : les raisons d'un désaveu »

Jean Leclerc (Ontario), « Réception et définition du burlesque au XVIIe siècle : entre variabilité et subjectivité d'une catégorie endogène »

Discussion

Emmanuel Picardi
(UCL), « La question des auteurs dits “moralistes” et de la littérature “morale” au XVIIe siècle »

Charles-Olivier Stiker-Metral
(Lille 3), « Moraliste, le mot et la chose »

Discussion

Après-midi

Travail sur la publication

Informations pratiques
De 9h30 à 17h00
Université catholique de Louvain
Auditoire SOCR 42 (entrée par le collège Socrate)
10 place Cardinal Mercier
1348 Louvain-la-Neuve
Belgique

Télécharger le programme complet du séminaire (pdf)

Contact

RetourBack

Design by www.matthieumiller.be All rights reserved - Webmaster :  alessandro.metlica@uclouvain.be