À propos de cet événement


« Pictor in Fabula. Traits exemplaires des peintres antiques »

31 janvier 2014
Atelier du GEMCA
Université catholique de Louvain

avec Emmanuelle Hénin (IUF/Reims) et Mathilde Bert (ULg/Reims)


Fresque provenant de la villa de Poppée à Oplontis

Projet IUF junior (2009-2015) – Emmanuelle Hénin
Dans la théorie artistique, le rôle des anecdotes et des exempla est tout sauf anecdotique : ils sont un des lieux d’expression privilégié d’une théorie artistique qui est rarement formulée comme telle, mais souvent disséminée dans toute sorte de textes, ou formulée sur le mode de l’analogie. Et ce phénomène se poursuit à l’époque moderne : passage obligé des traités d’art, les exemples antiques s’invitent aussi dans les poétiques et les traités de rhétorique, les relations de fêtes et de voyages, les manuels de civilité, les ouvrages de théologie, les préfaces et dédicaces, et jusque dans la fiction. La théorie artistique contamine ainsi d’autres domaines, qui viennent l’influencer en un constant aller-retour. Ce site a pour vocation d’inventorier et de mettre à disposition de la communauté scientifique le plus grand nombre de ces variations, des plus célèbres aux plus obscures, tout en offrant un regard neuf sur la théorie artistique.

Facilement isolable comme une enclave au sein de l’argumentation, l’anecdote est souvent une manière détournée de poser une question théorique, en décalage ou en excès par rapport au propos explicite. La fécondité de ces topoi réside dans leur plasticité, susceptible d’infinies réinterprétations. Leur fixité même en fait un lieu d’invention, selon la fonction rhétorique du topos, tandis que leur récurrence offre un cadre commode à l’expression de pensées singulières, reflets d’autant de contextes originaux. Dans le même temps, leur caractère de lieux communs leur permet d’exprimer les grandes interrogations qui traversent la théorie artistique pendant toute la période moderne et dans toute l’Europe. Le site Pictor in fabula rassemble en effet, à côté des sources antiques, des œuvres produites en Italie, en France, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Angleterre et en Espagne, entre le XVe et le XVIIIe siècles. Ces débats embrassent tout le champ de l’art, allant du statut de l’artiste aux conditions de la réception, des critères de la beauté aux limites de la représentation. Toutes les grandes questions sont abordées par ce corpus de textes, virtuellement illimité, qui constitue l’esthétique avant l’esthétique.

Membres de l’équipe
  • Mathide Bert (Université de Liège, post-doctorante à l’Université de Reims), spécialiste de théorie de l’art en Italie
  • Jan Blanc (Université de Genève), spécialiste de théorie de l’art en Angleterre
  • Ralph Dekoninck (Université catholique de Louvain), spécialiste de théorie de l’art aux Pays-Bas
  • Michelle-Caroline Heck (Université Paul-Valéry – Montpellier 3), spécialiste de théorie de l’art en Allemagne
  • Marie-Pauline Martin (Aix-Marseille Université), spécialiste de théorie de l’art en France
  • Valérie Naas (Université Paris-Sorbonne), spécialiste de théorie de l’art dans la Rome antique
  • Éveline Prioux (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), spécialiste de théorie de l’art dans la Grèce antique
  • Jérémy Pedrazzi (Institut des textes et manuscrits modernes, UMR CNRS/ENS), développeur du site
  • Benoît Roux (Université de Reims Champagne-Ardenne), administrateur du site

Informations pratiques
De 14h à 17h00
Université catholique de Louvain
Collège Socrate – SOCR23
14 place Cardinal Mercier
1348 Louvain-la-Neuve

Venir à l'UCL | Télécharger le plan de la ville


Contact

RetourBack

Design by www.matthieumiller.be All rights reserved - Webmaster :  alessandro.metlica@uclouvain.be