À propos de cet événement


Mathieu Minet (UCL), « Louis des Masures et la réforme poétique : la conversion d'une muse latine »

21 mai 2014
Soutenance publique de thèse
Université catholique de Louvain

Mathieu Minet soutiendra publiquement sa thèse de doctorat en Langues et lettres devant le jury composé des professeurs Heinz Bouillon (UCL, président), Perrine Galand (École Pratique des Hautes Études), Julien Goeury (Université de Nantes), Lambert Isebaert (UCL, promoteur) et Aline Smeesters (FNRS-UCL).

Résumé de la thèse

Longtemps attaché à la cour de Lorraine où il œuvra comme secrétaire et diplomate, le Tournaisien Louis Des Masures (c. 1510-1574) accéda à une rapide et durable notoriété littéraire grâce à sa traduction française versifiée de l’Enéide (1547-1560). En dépit de ce succès, c’est à un autre opus magnum qu’aspirait le poète : secrètement passé à la Réforme (c. 1550), il nourrissait l’espoir de laisser, dans le sillage de son ami Théodore de Bèze, co-auteur du psautier de Genève, une œuvre qui proclamât la louange divine et promût sa nouvelle foi. Ce vœu ne put se réaliser qu’une fois le poète frappé de disgrâce et chassé de Lorraine (1562) : dès lors affranchi de la tutelle des princes catholiques, Des Masures composa, en français et en latin, maintes œuvres d’inspiration confessionnelle.

La trilogie religieuse David (1566) illustre à merveille le caractère à la fois dévotionnel et militant de cette nouvelle orientation littéraire et a, pour cette raison, retenu l’attention de nombreux critiques. En revanche, les conditions, moyens et enjeux d’une telle « conversion poétique » restaient largement à étudier en ce qui concerne le pan latin de cette production.

Pour appréhender ce corpus marqué à la fois par les aspirations religieuses et l’allégeance aux modèles hérités de l’Antiquité, il convenait de dépasser les grilles de lecture traditionnelles ici inopérantes, spécialement l’opposition catégorique entre humanisme classique et Réforme. Une approche philologique a donc été privilégiée, en ce qu’elle permet de mettre en lumière les stratégies poétiques de l’auteur et d’identifier les ressources de la Muse latine (schémas métriques, genres, motifs, etc.) mobilisées dans le cadre de ce projet poétique original.

Cette analyse s’appuie sur un important travail d’édition et de traduction des œuvres latines intégrales de l’auteur : les Carmina profanes (1557), les Poemata majoritairement dévotionnels (1574†) et la colossale Borbonias (inédite), manière d’Enéide protestante.

Informations pratiques
De 14h30 à 18h00
Université catholique de Louvain
Salle du Conseil FIAL
1 Place Blaise Pascal
1348 Louvain-la-Neuve


Venir à l'UCL | Télécharger le plan de la ville


Contact

RetourBack

Design by www.matthieumiller.be All rights reserved - Webmaster :  alessandro.metlica@uclouvain.be